3. juil., 2014

Pape François oscille entre relativisme et fantasme

Dans un message pour la 48e journée de la communication, Pape François a estimé que l’Eglise serait malade d’autoréférencialité. Nous ne devons pas vivre à la même époque, il s’agit là d’un pur fantasme, celui que les modernistes ne cessent d’entretenir pour dénoncer l’Eglise prétendument arc-boutée sur ses dogmes. Or l’essentiel des clercs se moque bien de l’enseignement du Magistère. Et quand bien même les clercs suivraient et martèleraient scrupuleusement l’enseignement du Magistère, pape François y trouverait-il quelque chose à redire ? Nous devons malheureusement craindre que oui, puisque dans le même texte pape François soutient qu’il ne faut pas tenir nos idées pour « uniques et absolues ». Pas unique  et absolu le dogme de l'Incarnation, celui de la Trinité, celui du Christ unique rédempteur? Nous pataugeons donc en plein relativisme. Des propos qui plaisent assurément aux médias mais qui détruisent le sensum fidei. Oremus.