Mieux vaut en rire!

Dimanche de Pentecôte, le Jura pastoral organisait une grande rencontre de catholiques au centre de tennis de Delémont(*). L’occasion pour l’évêque du diocèse de Bâle de rappeler vigoureusement les fondamentaux de la foi catholique.
Dans la vidéo mise en ligne vous reconnaîtrez en premier lieu la grande prêtresse Marie-Josèphe Lachat- qui s’est permise récemment de prêcher l’homélie – donner la parole à Mgr Gmür. Nous voilà tous rassurés à son sujet : elle n’a nullement été inquiétée pour son acte de désobéissance et le contenu de cette homélie. Et on comprend mieux pourquoi en suivant cette séquence de questions-réponses à laquelle s’est prêté Mgr Gmür, destinée à remplacer l’homélie ( mais où vont-ils chercher tout cela ?). Vous admirerez tout d’abord la gestuelle de Mgr l’évêque digne du jeu de scène d’une duchesse d’empire inspirée. Tout cela transpire la virilité. Et le propos est à l’avenant. Petite mise en bouche : « La paix est la poule puis l’Esprit Saint est l’œuf et vice versa. » Merveilleux, rien à redire. 10 ans de théologie pour en arriver à cela ! Mgr l’évêque veut expliquer par-là que la paix vient libérer les apôtres qui n’étaient pas ouverts. La paix serait l’anti-peur, parce que les apôtres étaient tout ratatinés sur eux-mêmes nous certifie Mgr l’évêque en joignant le geste à la parole. Mais heureusement Jésus est venu souffler sur eux et les apôtres sont devenus « open », prêts pour la grande aventure multiculturelle.
Plus loin Mgr l’évêque explique que le cléricalisme c’est pas beau, c’est un piège. Quand Jésus déclare au Cénacle qu’il donne à ses disciples le pouvoir de pardonner les péchés ( Jean 20,23), vous avez tout faux si vous croyez, comme l’a toujours enseigné l’Eglise, qu’il a institué par là le sacrement de pénitence. Pensez donc ! 20 siècle après la venue du Christ Mrg l’évêque de Bâle nous ouvre enfin les yeux sur ce que Notre Seigneur Jésus Christ a vraiment voulu dire : c’est toute la communauté qui doit dire ce qu’est un péché, toute la communauté qui doit le remettre ou non. D’ailleurs les disciples présents au Cénacle n’étaient pas les seuls apôtres, contrairement à ce que les Pères de l’Eglise ont enseigné, mais madame Duchmol aussi était là. Tout le monde a donc reçu ce pouvoir de remettre les péchés. Quelle joie d’être ainsi sauvé du cléricalisme qui étouffe la vie de l’Eglise. Merci Mgr l’évêque.
Mais notre évêque ne s’est pas arrêté en si bon chemin. A une personne qui lui demandait ce qu’était le don de l’Esprit, il s’est empressé de s’assoir sur la théologie des dons de l’Esprit, transformant les 7 dons de l’Esprit en « 5 doses » de l’Esprit.
Passant aux exercices pratiques, il s’adressa ainsi à une personne qu’il venait de confirmer : « vous êtes remplie de l’Esprit, c’est super n’est-ce pas ? ». Emile( célèbre humoriste suisse) n’aurait pas dit mieux.
Bref, un grand moment de ferveur combattive au regard duquel l’homélie que Mgr Tissier de Mallerais a prononcée à Ecône le même jour pour les confirmations, exhortant les confirmés à devenir des soldats du Christ, citant en exemple les actes d’héroïsme des saints, rappelant en quoi consiste les dons du Saint Esprit, fait office de bavardage stérile et désuet.

(*) Malheureusement, la rencontre de tennis qui a suivi cette cérémonie de confirmation, entre Mgr Gmür et le professeur du tennis du centre n’a pas pu aller à son terme. Ce dernier s’est blessé au poignet en cherchant à retourner un service surpuissant de l’évêque. On savait Mgr l’évêque capable de fulgurances en théologie ( comme l’atteste cette vidéo), on ne se doutait pas qu’il était capable des mêmes sur un terrain de tennis.

La prêtresse Marie-Josèphe Lachat dans ses œuvres

Dimanche 18 mai, la télévision suisse romande retransmettait la messe célébrée à l’Eglise saint Pierre de Porrentruy. Au mépris de toutes les règles c’est une laïque qui a prêché l’homélie. J’avais en son temps(2010) écrit au nonce apostolique pour dénoncer cette pratique justifiée par notre délégué épiscopal, l’abbé Jean-Jacques Theurillat, sous prétexte que les évêques suisses y étaient favorables et négociaient avec Rome en vue d’une autorisation. Le nonce apostolique avait démenti ses affirmations, précisant que les évêques suisses tout au contraire cherchaient à faire « appliquer les normes liturgiques universelles. ». Naturellement la situation n’a pas évolué dans le bon sens d’un iota, des femmes laïques usurpant désormais les fonctions sacerdotales. C’est là aussi une des conséquences de la crise dans l’Eglise : les évêques n’ont plus le moindre moyen de se faire respecter. Le résultat est édifiant, la prêtresse Marie-Josèphe Lachat a tout simplement prêché une homélie hérétique aux fidèles qui l’écoutaient, abusant de leur confiance. Je ne ferai pas une analyse rigoureuse de cette homélie qui se perd dans les affirmations contradictoires et incohérentes ( D’une part la prêtresse Lachat nous explique que Jésus est le chemin que nous devons parcourir, mais d’autre part elle nous explique que nous devons également inventer ce chemin), car derrière les formules creuses et prétendument inspirées, Marie-Josèphe Lachat a tout simplement soutenu que la Vérité était libératrice, contrairement aux dogmes(2min40). Nous sommes donc heureux d’apprendre que les dogmes catholiques sont aliénants. Personnellement je ne parviens pas à comprendre qu’on puisse à ce point lutter contre ce qui est fondamental à l’Eglise quand on est censé la servir. Je ne parviens pas non plus à comprendre l’aveuglement intellectuel qui frappe les modernistes qui tiennent de tels discours, car ne voient-ils pas que leur détestation du dogme catholique se fait à partir d’un autre dogme, celui qui veut que la liberté de notre dignité d’enfant de Dieu, d’origine divine( 5min40), est seule garante de notre salut, nous permettant de vivre affranchis des dogmes catholiques? En toute honnêteté notre pythie devrait préciser que tous les dogmes sont aliénants à l’exception du seul qu’elle valide. Oui mais voilà, il deviendrait alors évident que notre prêtresse n’est pas catholique, et comment dès lors obtenir une mission canonique de Mgr l’évêque ?